Code de la route: Quand il pleut

Au cours de votre trajet, il n’est pas rare de faire face à des intempéries. Il peut s’agir  du brouillard, de la tornade, de la neige, d’un vent violent ou d’une pluie. Pour ce faire, la prudence sur la route et le respect du code routier sont de rigueur.

Qu’est-ce que le code de la route ?

Le code de la route est un ensemble de règles établies. Son observation permet d’éviter des accidents, des embouteillages et de causer des dommages à autrui.

A voir aussi : Comment choisir le bon site spécialisé en auto pour votre transport

Tout usager de la voie doit le connaitre afin de savoir quand prend fin sa priorité et quand la laisser. Le non-respect dudit code est passible de sanctions.

Que faire en période de pluie ?

Les intempéries de la vie ne facilitent pas la conduite. Ces situations peuvent très vite être dangereuses pour un conducteur mal averti. Vous devez mettre de la distance entre vous et le véhicule en face de vous. N’oubliez pas de mettre la climatisation pour éviter la condensation de la chaleur.

A découvrir également : Les meilleures astuces pour économiser du carburant au quotidien

Lorsqu’en pleine circulation, la pluie vous surprend, vous devez faire très attention à votre vitesse. D’autant plus que la visibilité fait défaut, il ne sert à rien de filer. Aussi, il est nécessaire de vérifier son éclairage.

Quels sont les critères de limitations de vitesse ?

Quand il pleut, le terrain est assez glissant et la visibilité quant à elle, est vraiment faible. Pour ce faire, il importe de réduire considérablement sa vitesse pour ne pas causer des dégâts en cas de freinage.

Aussi, la limitation de vitesse en temps de pluie est fonction du type d’artère sur laquelle le conducteur se retrouve.

Ainsi :

  • Sur les autoroutes, la limitation de vitesse est fixée à 110 m par heure au lieu de 130 km par heure pour les conducteurs aguerris ; il reste le même pour les détenteurs de permis probatoires pour lesquels la limite est fixée à 110 km l’heure qu’il pleuve ou non.
  • Sur les chaussées séparées par un terre-plein central, la vitesse maximale est fixée à 110 km l’heure pour les conducteurs aguerris alors qu’il est de 100 km l’heure pour les détenteurs du permis probatoire. En période pluvieuse la vitesse maximale exigée est de 100 km l’heure pour tous.
  • Sur les voies à double sens sans séparateur central, la vitesse maximale requise en saison pluvieuse est limitée à 80 km l’heure, et ce, pour tout type de conducteurs. Par contre, en sècheresse, elle est limitée à 90 km/h pour les conducteurs aguerris et 80 km/h pour les permis novices.

Enfin, en ville, la vitesse maximale en temps de pluie est de 50 km l’heure pour tout type de conducteur. Elle est de 30 km ou 20 km l’heure lorsqu’un panneau de signalisation l’indique.

Que retenir quant à l’éclairage en période pluviale ?

Lorsque la visibilité lors de la conduite en période pluvieuse est réduite à 50 mètres, la vitesse maximale est limitée. Elle est ainsi fixée à 50 km l’heure sur toutes les routes et pour toutes les catégories de permis.

À cet effet, le conducteur se doit de rester dans son couloir. Il doit éviter de faire des dépassements. L’utilisation des feux arrière adéquats et la vigilance sur la voie est de rigueur. Soulignons que les feux arrière de brouillard sont interdits d’utilisation en période de pluie. Seuls sont recommandés les feux de croisement. Toutefois, si la pluie est vraiment forte, il peut associer les feux de croisement aux feux de brouillard avant.

Quels sont les risques encourus en période de pluie ?

Quand la sortie à effectuer en temps de pluie est réellement nécessaire, il faut faire preuve de prudence. Le nombre de pannes augmente dans ce genre de situations. En effet, l’humidité peut provoquer des problèmes dans les circuits électriques et les moteurs. Le capot doit être dans ce cas, maintenu fermé. Aussi, vous pouvez être pris par surprise par un piéton qui cherche à traverser.

Il peut tout autant s’agir d’un animal. Certains gros porteurs n’hésitent pas à lancer leurs phares, ne paniquez pas ! Gardez juste votre calme et contrôler votre vitesse. Si vous freinez brusquement, vous risquerez de déraper. En effet, les roues ne touchent pas totalement la chaussée quand il pleut.

En définitive, vous êtes avertis : Avant de sortir, vous pouvez consulter la météo et prendre vos dispositions.

Comment adapter sa conduite en cas de forte pluie ?

Quand la pluie s’invite sur les routes, il est indispensable de savoir adapter sa conduite. Effectivement, les risques d’accident sont alors décuplés. Le premier réflexe à avoir est de diminuer sa vitesse. Il faut anticiper le freinage et éviter toute manœuvre brusque.

Le code de la route prévoit une distance minimale entre deux véhicules : elle doit être doublée en temps de pluie pour permettre aux conducteurs ayant une visibilité réduite d'avoir assez de temps pour réagir en cas d'obstacle ou autre imprévu. Cette distance peut varier selon votre lieu géographique : zone urbaine, autoroute ou autres ?

Vérifiez aussi que vos essuie-glaces fonctionnent bien avant de prendre la route et assurez-vous qu'ils ne font pas un bruit strident qui pourrait vous distraire. Allumez vos feux même si la luminosité reste correcte, car cela rendra plus visible votre voiture auprès des autres automobilistes.

Soyez vigilant aux flaques d’eau qui peuvent cacher des nids-de-poule ou tout simplement ralentir votre trajet avec l'aquaplaning • phénomène où les roulements perdent leur adhérence sur le bitume recouvert par l'eau et glissent comme sur une surface gelée, donc échappant au contrôle du conducteur. Soyez vigilant ! La sécurité routière dépend souvent du comportement responsable des usagers.

Les équipements indispensables pour rouler en toute sécurité sous la pluie

Si vous êtes un conducteur régulier, il est impératif de posséder les équipements indispensables pour conduire sous la pluie. Tout d’abord, les pneus sont l'un des éléments clés qui assurent votre sécurité sur la route. Des pneus spécialement conçus pour rouler sous la pluie ont une meilleure adhérence et permettent d'éviter l'aquaplanage. Les essayer, c'est les adopter !

Un autre équipement indispensable est le kit anti-brouillard avant ou arrière. Si vous ne disposez pas de ce type de phare à l’avant comme à l'arrière, installez le plus rapidement possible ces accessoires si pratiques en cas de temps maussade.

Il faut aussi penser aux vêtements que vous portez lorsque vous prenez le volant par temps humide : optez pour des chaussures antidérapantes (en caoutchouc exclusivement), une veste étanche et confortable ainsi qu’un pantalon imperméable facile à enfiler.

Le choix du véhicule a aussi son importance • certains véhicules offrent une meilleure tenue de route, tandis que d'autres peuvent se révéler dangereux lorsqu’il pleut fort. Des modèles avec des rouages intégraux ou dotés d'une suspension active devraient être envisagés si cela correspond mieux à vos besoins. Il faut prendre en compte tous ces facteurs afin de garantir sa sécurité.